• Jour De Galop

Zelda, un éclair de classe

Quelle fin de course de Zelda (Zelzal) dans ce Prix Ventre Saint-Gris ! La représentante d’Infinity Nine Horses (Tony Parker) et de Benoît Jeffroy a fait une très grosse impression pour ses débuts sur les 1.200m de Saint-Cloud, s’imposant en future pouliche de Groupe. Nous lui avons donc attribué une JDG Rising Star.


Partie de la stalle la plus à l’extérieur, elle a été placée en dernière position par sa partenaire, Coralie Pacaut. Se rapprochant progressivement en dehors dans le tournant final, Zelda est passée à l’attaque à 400m du but. Elle a passé la plupart de ses adversaires en revue, mais elle avait encore trois longueurs à refaire sur l’animateur, De Velara (Zelzal), à 200m de l’arrivée. Coralie Pacaut a mis une claque à la pouliche et cette dernière a remis un coup de reins pour prendre nettement l’avantage à 50m du poteau, s’imposant de trois longueurs et demie.

C’est donc un jumelé gagnant pour l’étalon du haras de Bouquetot Zelzal (Sea the Stars), déjà mis à l’honneur par le biais de Blushing, invaincue en deux sorties au mois de mai sous l’entraînement de Ludovic Gadbin. Et une triple satisfaction pour Benoît Jeffroy qui est non seulement le copropriétaire et le coéleveur de Zelda, mais qui est aussi le directeur du haras de Bouquetot ! Prétexte (Churchill) a fourni une belle fin de course en dehors pour s’emparer de la troisième place à trois quarts de longueur, lui qui n’a pas eu les coudées franches dans la dernière ligne droite.


Jean-Claude Rouget transforme l’essai pour Tony Parker. Zelda est le premier partant de Tony Parker sous l’entraînement de Jean-Claude Rouget qui a transformé l’essai en coup de maître. L’entraîneur a commenté : « Elle est allée vite ! La course a été régulière, sans plus. La pouliche s’est retrouvée loin à cause de son numéro de corde : nous avions dit à Coralie Pacaut de la cacher, de lui donner un parcours-école. Nous savions qu’elle avait de la qualité mais il fallait que ça se vérifie en course, et il faudra qu’elle confirme lors des prochaines. Je savais qu’elle galopait, mais comme nous galopons les inédits entre eux le matin, c’est difficile d’y voir vraiment clair. Elle montrait beaucoup de vitesse et va être spécialisée sur ces courses-là, pour l’instant. C’est le premier partant de Tony Parker sous mon entraînement, c’est top. C’est intéressant de travailler avec des sportifs. »


Une association entre Finistériens. Benoît Jeffroy, copropriétaire et coéleveur de Zelda, a expliqué comment il s’était associé avec Infinity Nine Horses : « J’ai demandé à Clément Troprès [le manager d’Infinity Nine Horses, ndlr] si on pouvait se rencontrer, car j’avais vu qu’il venait du Finistère comme moi ! Nous avons organisé un déjeuner, et le courant est très bien passé. À la fin de l’après-midi, il m’a demandé si je n’avais pas quelque chose d’intéressant pour son écurie. Je lui ai dit que j’avais gardé une pouliche que j’aimais beaucoup, et c’était Zelda. Je l’ai élevée avec mon frère en Bretagne. Entre la Bretagne et la Normandie, nous avons deux structures. Bravo à mon frère aussi, car il a fait tout le travail. Malheureusement, nous avons perdu la mère de Zelda au poulinage cette année. La pouliche nous fait plaisir, c’est de bon augure pour la suite. »


Depuis San Antonio, Tony Parker a déclaré : « Coach Rouget nous avait prévenus que cela devait être une course tranquille pour Zelda, une découverte de la compétition. Je me suis levé à 5 h du matin pour regarder la course et je n’ai pas été déçu du résultat. Je remercie les frères Jeffroy pour l’opportunité de pouvoir s’associer sur cette pouliche. Vous apprendrez dans la série The Big Bet pourquoi elle n’a pas couru à La Teste… La victoire du jour n’en est que plus savoureuse. Maintenant, on ne va pas s’enflammer. On garde les pieds sur terre, car tout va très vite dans les courses. Le meilleur comme le moins bon. Un grand bravo à Jean-Claude Rouget, à toute son équipe et à Coralie Pacaut qui restera à jamais la première femme jockey à remporter une course pour mon écurie. »

Clément Troprès a quant à lui déclaré : « Nous sommes vraiment contents, d’autant que Jean-Claude Rouget nous avait dit qu’on ne courait pas pour gagner. La pouliche a l’air très plaisante, et Coralie Pacaut semble beaucoup l’apprécier. Avec Tony, nous visons les podiums, donc tout est OK. J’ai un peu la voix cassée car je crie comme au basket, mais l’adrénaline des courses, c’est vraiment l’aspect qui fait qu’on adore cet univers. Pousser dans une ligne droite, c’est un peu comme mettre un panier dans le money-time au basket, en tout cas pour moi. C’est une grosse émotion. Nous avons 10 %, 20 % ou 40 % d’un cheval et nous avons l’impression de pousser avec le jockey. C’est pour ça que nous aimons les courses. Et vivre des moments comme ça avec des entraîneurs comme Jean-Claude Rouget, c’est super. J’espère que Tony pourra venir sur un hippodrome cet été pour voir Zelda ! »


Une sœur de Chez Pierre. Élevée par la Scea des Prairies, l’écurie de Castillon, Benoît et Thomas Jeffroy, Zelda est le quatrième produit d’Hortensia (Orpen). Cette dernière compte deux deuxièmes places au niveau maiden sur les 2.200m de Clairefontaine-Deauville, en neuf sorties à 3ans. Zelda est le deuxième produit gagnant d’Hortensia après l’impressionnant Chez Pierre (Mehmas), invaincu en trois sorties à 2ans et à 3ans sur les 1.200m de Chantilly, qui est très attendu au niveau Groupe. La deuxième mère, Hamsaat (Sadler’s Wells), s’est imposée lors de son unique sortie à 3ans dans un maiden, sur le mile d’Haydock. Elle a notamment produit Uraib (Mark of Esteem), gagnante du Buena Vista Handicap (Gr3, 1.600m). Hamsaat est aussi la deuxième mère de Vale of York (Invincible Spirit), vainqueur notamment de la Breeders' Cup Juvenile (Gr1) et qui a fait la monte en France au haras des Faunes.