• Jour De Galop

Caprice Des Dieux, comme un poisson dans l'eau

En dernier lieu à Saint-Cloud, le 4 juillet, Caprice des Dieux (Declaration of War) avait subi sa première défaite dans le Prix Eugène Adam (Gr2) face à Pretty Tiger (Sea the Moon). Mardi, le représentant de Jean de Ganay et de Christian Baillet a repris le cours de ses succès en triomphant très facilement dans le Prix Pelleas (L) sous la selle de Stéphane Pasquier, signant une quatrième victoire en cinq sorties. Avant le coup, son entraîneur, Nicolas Clément, craignait le terrain pénible, mais Caprice des Dieux a levé ce doute en réalisant une véritable démonstration. Après avoir galopé au troisième rang d’un peloton emmené par Media Stream (Frankel), le futur lauréat a pris aisément le meilleur à 400m du but. Se détachant au fur et à mesure, Caprice des Dieux n’a fait qu’une bouchée de ses adversaires en ralliant le poteau avec cinq longueurs d’avance sur Alastor (Helmet). Media Stream, qui n’évoluait pas sur son terrain de prédilection, s’est montré courageux pour conserver la troisième place à une longueur et quart.



Le Prince d’Orange et le Dollar, deux options possibles. Caprice des Dieux avait débuté sa carrière par une victoire dans un maiden à Nancy, le 28 mars. Cinq semaines plus tard, il a répété sur le même hippodrome au niveau Classe 2. Le 2 juin, il a passé le test parisien avec succès en s’imposant dans une Classe 1 clodoaldienne. Dominé par deux longueurs dans l’Eugène Adam, Caprice des Dieux battait néanmoins avec facilité Adhamo (Intello), gagnant du Prix La Force (Gr3). Nicolas Clément a déclaré au micro d’Equidia : « Étant donné son origine paternelle américaine, j’avais un doute sur son aptitude au terrain. Caprice des Dieux est plutôt un cheval de bon terrain car il a une bonne accélération. C’est un poulain attachant. Il n’était pas facile à 2ans et nous avons dû le faire castrer. Le faire venir ici, c’est quand même une belle chose. Nous allons le laisser se reposer au mois d’août avant de préparer la rentrée. Il peut aller sur une course comme le Prix du Prince d’Orange (Gr3), puis, pourquoi pas, le Prix Dollar (Gr2) ensuite. Mais d’abord, nous allons savourer cette victoire. C’est un poulain en construction. En dernier lieu, nous avons hésité à courir le Gr2, puis nous avons vu qu’il n’y avait pas beaucoup de partants. Nous ne voulons pas trop lui faire mal cette année. Notre objectif est qu’il monte les échelons à 4ans, petit à petit. Espérons que le meilleur reste à venir ! »


Son frère est inscrit à la vente d’août. Élevé par la S.A.S. I.E.E, la Scea des Prairies, Chauvigny Global Equine Sasu et l’écurie de Castillon, Caprice des Dieux a été présenté par le haras de Bourgeauville à la vente de yearlings d’août Arqana, où il a été acheté 75.000 € par Tina Rau et Nicolas Clément. Son père, Declaration of War (War Front), officie désormais au Japon. La mère, Neko (Dansili), a gagné une course "F" en débutant à 3ans, sur les 1.900m de la P.S.F. de Chantilly. Caprice des Dieux est son premier produit. Neko a un 2ans, Gemmyo (Shalaa), à l’entraînement chez Carlos et Yann Lerner sous la casaque de Christian Berquier, un yearling par Wootton Bassett (Iffraaj), qui sera présenté par le haras de Bourgeauville le mois prochain à Arqana, et elle est suitée également de Wootton Bassett. Elle a été saillie par Hello Youmzain (Kodiac). La deuxième mère, Épopée (Sadler’s Wells), a terminé deuxième du Prix Panacée et troisième du Prix Denisy (Ls). On lui doit notamment Testostérone (Dansili), lauréate des Prix de Malleret (Gr2) et de Royaumont (Gr3) et deuxième du Prix Vermeille (Gr1).


Article JDG - www.jourdegalop.com